Un brin de nostalgie, dans mon capharnaüm, un hymne à ma vie

BlwHnJmIYAAl2Fy

« Ces photos sont beaucoup plus pour moi que de belles images, elle me tiennent lieu de mémoire. »

Anny Duperey

 

Crevettes et poissons clowns

Courseulle sur mer, Normandie. Il pleuvait cet été là, C’est ce que maman m’a dit. On cherchait des photos, pleins de photos. Et puis on est tombé sur celle ci, j’étais encore fille unique, avec parents aimant. S’aimant surtout. J’avais deux ans. Ou plutôt un an et demi. Cela devait être le seul jour où il n’avait pas plu. Alors ils avaient du en profiter, courir le plus vite sur la plage, celle en face de l’appartement. Prendre l’appareil photo, et immortaliser ces fragments d’instants. Qui ne le fait pas ?

On dit que l’on mesure le bonheur des gens à leurs photos, et les photos se prennent pendant les vacances; sans les photos de vacances, on ne pourrait jamais prouver qu’on a été heureux. Je me souviens, j’adorais cette appartement, cette plage, ce vent, cette pluie. Je l’aime encore. J’y ai passé la plupart de mes étés. D’abord avec mes parents puis qu’avec mon père. Il disait que la Normandie était la régions des artistes. Il n’avait pas tord. Je ne suis pas née là bas, mais j’y ai vécu deux semaines par an. Avec de la chance, la Manche aura débordé sur moi. Serais je une artiste ? On verra bien. Vous ne le savez pas mais j’avais un ballon jaune, Ikéa, je jouais avec mon père, c’est ma mère qui prenait les photos, elle adorait être derrière l’objectif. Elle n’avait pas de talent particulier. Seulement le désir de bien faire. Et elle l’a bien fait. Elle a su toute ces années, s’effacer, pour ne faire exister que nous. Ça fait 35 ans. 35 ans qu’elle a disparu. Peut être le jour du décès de son père, peut être même avant, les enfants prévoient ces choses là. Je me souviens aussi de l’aquarium. « Caressez les raies ». C’était marqué en gros. Mon père m’y emmenait souvent et m’inventait des histoires, lui aussi il était un peu artiste dans l’air. Je sais pourquoi ils s’aimaient.

Le goût de l’art et des belles choses. De ces vacances, je n’ai aucun souvenirs, seulement une photo.

J’avais 11 ans, dernière année là bas, comme d’habitude, il pleuvait, c’était un peu l’Angleterre: la Normandie. J’étais avec mon père, et mon frère. On péchait des crevettes. Des crevettes que l’on faisait ensuite cuire, et qui sautait de la casserole. Je me rappelle encore de l’odeur salée qui embrumait l’appartement. Et d’aussi le poisson bleu que mon père avait attrapé. On l’avait relâché bien que mon frère eu très envie de le manger. Il y avait aussi un canapé bleu, ou je regardais des séries américaines. Au fond puisque le canapé était mou. Et puis ils ont tout vendu. L’appartement, le canapé, la plage et le poisson bleu. Les souvenirs aussi.

 

Les pots de peinture

Les anniversaires. Mon anniversaire. J’ai toujours aimé cette fête. La mienne. Je suis le centre de l’attention. Tout le monde me regarde, me parle, m’admire même. Oh réminiscence,vague, très vague, j’avais quatre ans. Un gâteau à la fraise, un sourire charmeur. J’aimais aguicher. Je souriais tout le temps, faisait les yeux de biches. Ce jour là j’avais eu des puzzles, des peluches aussi surement. De la peinture, j’en suis sur, je me souviens, de l’odeur, de la texture. J’avais l’intention d’inventer un monde meilleur, un monde en couleurs. Je voulais qu’il ressemble à la planète du Petit Prince. Ai je réussi ? Je n’en sais rien. Le weekend, je me rendais chez ma grand-mère, et elle me lisait ce livre, jusqu’à endormissement s’en suive. J’entends encore sa voix, douce. Me parler avec parfois des mots trop compliqué, une histoire de : renard, de rose, et d’avion. Aujourd’hui on ne le fête plus. Un peu comme le père Noël, le charme est rompu. Je suis trop grande, trop vielle, trop mélancolique. Je ne souris plus. On ne viens plus me voir.

 

Les avantages d’être grosse ou pourquoi faut-il manger sain et équilibré (Et pratiquer une activité sportive régulière) ?

Pourquoi j’utilise le féminin ? Parce que tu n’es pas un homme. (Cf article précédent).  Je voulais ici  parler d’un sujet qui nous concerne toutes. Que celle qui n’est pas d’accord me lance le premier Big Mac. Pour vous dire, même ma mère est concernée, on veut être belle et cela passe par son tour de taille, parfois, pour vous, pour moi. Et puis pour lui aussi.
De toute façon, toutes salopes longilignes aux jambes parfaitement galbées mangeant japonais à volonté tous les midis sans prendre un gramme te diront : « Le plus important c’est de se sentir bien dans sa peau. » (C’est à ce moment là qu’on a très envie de sortir les ciseaux, de la découper et faire un patchwork sur notre corps.)
La fille n’a pas d’ennemie, pour la simple bonne raison que pour haïr quelqu’un il faut qu’il nous soit à la hauteur, et comme tout notre entourage vole aux ras des pâquerettes, on n’a aucun soucis à se faire ; mais la fille possède un objet de torture chez elle, plus communément appelée BALANCE. On retrouve cet objet sous le lit, dans un placard, la salle de bain, caché au fin fond du jardin chez toutes demoiselles normales.
Et là, grand dilemme, faut-il lire les chiffres ou lire dans le regard des gens ? (Si vous avez la réponse à cette question, je suis preneuse.)
Donc pour les messieurs (ou les filles qui aiment les filles) il y en a pour tous les goûts de la bouteille d’Orangina plutôt pulpeuse à l’haricot vert sans fil.
Une fille en bonne santé et riche dans l’Antiquité et même maintenant,  ça a des formes, car le paquet de Granola coûte plus cher qu’une pomme. A toutes celles qui diront « les formes c’est jolie mais pas sur moi. » Je répondrais qu’il y a plein d’avantage à être en chairs. Premièrement on peut passer aux caisses prioritaires et se faire passer pour une femme enceinte, deuxièmement pour qualifier une fille grosse, le dictionnaire est rempli de jolis mots tel que Callipyge, Pulpeuse, Gourmande, Débordante de vie… Troisièmement : Comment voulez-vous qu’on s’accroche à nous si nous n’avons aucun bourrelet pour nous attraper. Quatrièmement, les seins c’est du gras, donc le gras c’est la vie. Cinquièmement, même avec nos rondeurs on sera toujours plus belle qu’un mannequin squelettique qui fait la grimace sur les tapis. Et puis Marylin Monroe faisait du 42, alors pourquoi se prendre la tête parce qu’on a mangé un mars à 269 calories…
Mais soyons honnête rares sont les personnes qui ont envie d’être rondes. (Tout simplement à cause de ce que la société nous montre.) Désormais une pomme bio est plus cher que 3 paquets de Granola. CQFD.
Une fille qui mesure entre 1m70  et 1m60 à besoin au minimum (c’est à dire le dimanche quand tu es au lit et sans copain) de 1300 calories par jours pour être mince, oui on pourrait se nourrir de Mars. Mais niveau bikini cet été, ça risque d’être en short.  C’est pour ça que j’en viens à la partie la moins intéressante de cette article, pourquoi faut t-il faire -12 par rapport à sa taille (Si tu es une fille tu as compris) pour être attirante à nos propres yeux, ou plutôt comment peut-on faire pour l’être et ne pas ressembler à un bibendum. Il faut manger de tout en quantité raisonnable. Vous êtes nombreuses à ne pas savoir qui est « raisonnable » , cette salope qui nous interdit d’acheter ces magnifiques escarpins jaunes qu’on ne portera qu’une fois et qui coûte le montant mensuel d’un smicards. Pour en revenir au quantité raisonnable c’est à dire qu’on doit sortir de table en ayant encore un petit peu faim, alors non on ne se sert pas trois fois de la tartiflette le 15 aout, et si on peut éviter la tartiflette c’est encore mieux, on mange des produits saisonniers et non manufacturés et déjà là votre corps vous dira sans un pli merci. On évite aussi boissons gazeuses, junkfood, pornfood et tout le tralalala. On petit déjeune comme un roi, on déjeune comme un prince et on dine comme un mendiant. Et on a passé l’âge limite pour les tartines au Nutella à 4h qu’on se le dise. Imagine toi que pour éliminer ton Mars pris tout à l’heure, tu devras pédaler pendant 30 min à fond sur un vélo. Et bien qu’il faille pratiquer une activité sportive régulière, celles qui se déroulent en couple sont très efficaces. Après si vous avez un excédant de tissue graisseux le mieux c’est de faire de la cardio, au moins deux fois par semaine et de se mater un bon film d’horreur.
(Ah et pour les abdos, j’aime bien cette vidéo : http://www.youtube.com/watch?v=1919eTCoESo)

TAKE CARE,

M.

Reconnaître une vraie fille ou savoir si on en est une.

Une  connaissance disait il y a quelques années : « Le problème avec les femmes c’est qu’elles se sentent bien trop concernées par des choses triviales, telles que la réalité. »
Donc nous pouvons en déduire qu’une fille :
– A des connaissances (ou des cons de naissance), car je suis une fille.
– A des problèmes
– Aime les mots compliqués
– Sont égocentriques.

Les termes nanas, gonzesses, meufs, femmes, dames, demoiselles désignent tous avec un langage plus ou moins fleuri les filles. Si un être apparemment humain t’appelle par un de ses termes tu as peut-être la chance d’être une des autres.

Une fille est donc selon Le Robert, une personne avec une plus grosse opulente poitrine que Vincent McDoom. Pas de beaucoup, hein, on ne peut pas être toute le sosie de Salma Hayek (Oui, car même si dans Frida elle porte un monosourcil c’est une femme.)
Toujours selon le même ouvrage, on peut discerner, enfin, on pouvait, ou on devrait mais on a jamais pu, discerner la femme de l’homme par ses cheveux du moins à partir de 50 ans, si elle en a plus, c’est sûrement que cela en était pas une. Une fille est en outre obsédée par ses cheveux, sa couleur, leur longueur, leur brushing, elle est même capable de passer plus de deux heures chez le coiffeur pour en sortir sans la  peau sur le cul et avec une coupe ratée (vérifiée), elle postera quand même dans l’heure une photo à sa meilleure amie, son copain, sa mère, sa tante et tout internet pour qu’on lui dise qu’elle est belle quand même.
Les cheveux on aime bien, les poils un peu moins, alors on rase, on épile, on décolore, on fait  quelques choses. La moustache, c’était sympa dans les années portugaises, et le monosourcil (oui encore lui) seulement pour le film. Les poils sous les bras, à moins d’être foutue Laëtitia Casta il y a 10 ans, on passe. Fin on épile. Les jambes… Bon même les mecs s’épilent les jambes, je vais donc pas m’étendre là dessus. En revanche, le minou, oui, il faut parler des choses qui fâchent. Oui, on aime tous les chats avec de doux poils soyeux, mais, qui se nettoie le sexe avec du shampoing ?! Personne, donc on fait tout disparaître avant qu’un malheureux se coince un poil entre les dents. (Bon aux sensibles j’autorise le ticket de métro – MAIS PAS LA NAVIGO -).
Dans les problèmes que l’on rencontre quand on est une fille, à part d’être une fille et d’être frustrer pour toujours de ne pouvoir pisser debout, il y a les règles, les menstruations, les ragnagnas, les anglaises, le cadeau de dame nature. Bien, si vous ne savez pas ce que c’est soit vous êtes trop jeunes pour lire cette article, soit courrez vite chez votre pharmacien achetez un test de grossesse. Pour le débat serviette VS tampons, je pense que c’est un débat trop dense pour être évoquer en bref.
Mesdames, ne nous cachons pas, nous sommes des consommatrices, nous sommes même consommées parfois, mais ici n’est pas le lieu de tout ça, nous avons un sérieux problèmes avec notre (ou celle d’une tierce personne) carte bleue, porte-monnaie, compte en banque. On passe devant une vitrine, et hop on a envie de faire des bébés parce que quand même ce petit ensemble Catimini est tellement mignon.  Oh STOP, il faut qu’on arrête de se voiler la face, on ne peut pas marcher en Louboutin quand on est stagiaire chez Ikéa. Il y a des moments où il faut ouvrir les yeux. Ce n’est pas parce qu’on est célibataire qu’on a besoin d’un ou plusieurs chats, ni parce qu’on a grossit qu’on doit se racheter toute une garde-robe, surtout si on a grossit parce qu’on s’est fait plaqué ou parce que l’on était malade et qu’on s’est gavé de glaces Ben’s and Jerry’s. (Surtout si on a oublié de poster 5 ou 6 photos sur Instagram.)
Pour en parler des garçons (ou des filles qui aiment les filles), mais surtout des garçons, il faut décompresser, si Kevin ne répond pas à tes textos, c’est juste qu’il est analphabète, ce n’est pas parce que tu ne lui plaisais pas, puis sincèrement, avec un prénom pareil, je pense qu’il ne sait pas épeler cunnilingus, alors non, on laisse tomber. On laisse tomber les bobos, les bobeaufs, les hipsters, les banlieusards, les provinciaux, les gens du nord, les garçons qui ressemblent à Justin Bieber, les garçons qui ressemblent à ton père, tout ce qui est susceptible de te faire prendre 5 kg en deux jours. Parce qu’une fille c’est une boulimique dans l’âme (seulement en première phase) et non, une fille n’a pas envie post-rupture de ressembler à Brithney Spears. Une fille surveille donc son poids, fait du sport, mange équilibré et poste plein de photo sur un site nommé plus haut.

Si tu ne te sens pas concernée par cette définition, c’est que tu n’es peut-être pas une fille, ou sinon que tu es ma mère.

TAKE CARE,
M.